Braine-l’Alleud: la police s’exerce pour faire face à une possible tuerie de masse

Les bras levés, des clients sont exfiltrés du cinéma. Ce n’était heureusement qu’un exercice
!
Les bras levés, des clients sont exfiltrés du cinéma. Ce n’était heureusement qu’un exercice ! - J.-P. D.V.

Deux détonations se font entendre. L’odeur de poudre est rapidement prégnante malgré la distance. Trois policiers avancent en rangs serrés vers l’entrée de l’ImagiBraine. Quelques minutes plus tard, ils en ressortent avec un groupe de clients levant les bras en l’air pour bien montrer leur manque d’agressivité envers les forces de l’ordre. Quelques-uns sont blessés légèrement. Voilà l’un des deux exercices réalisés ce jeudi matin à Braine-l’Alleud. Un exercice Amok, du nom d’un comportement de folie meurtrière décrit en Malaisie et qui vise aujourd’hui, dans le langage policier, le phénomène de tueries de masse.

Les quatre mille personnes qui travaillent dans le Parc de l’Alliance avaient été prévenues la veille qu’un exercice allait se dérouler dans les installations du cinéma qui drainent 900.000 visiteurs par an. Quelque 1.500 Brainois, qui se sont inscrits sur le site BE-Alert, ont également reçu un SMS les avertissant d’un « incident ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct