Survol de Bruxelles: Bellot ne fait pas consensus

Edition numérique des abonnés

Depuis un moment on n’en parlait plus, comme si le temps avait suspendu son (sur)vol. Mais la polémique vient de redécoller : le très sensible dossier des nuisances aériennes au-dessus de Bruxelles a refait surface. Pas étonnant à l’approche de la campagne électorale dont, depuis plus de dix ans, le dossier a toujours été un point de clivage politique. Il a suffi que l’Écho fasse part d’une proposition du ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, en intercabinet, sur les normes de vent à fixer pour justifier le changement de piste pour décoller ou atterrir, pour relancer les débats. Et les commentaires. Et les rivalités.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct