François Damiens balance du rire au pire

Edition numérique des abonnés

On s’attendait à une bonne tranche de rire, ça s’est terminé par une belle prise de tête.

En invitant François Damiens, l’as de la caméra cachée, au centre de la rédaction du Soir ce vendredi, pour sûr, les zygomatiques risquaient d’être mis à rude épreuve. Son dernier film, Mon ket – son premier en tant que réalisateur –, le démontre à ceux qui n’en étaient pas encore convaincus : cet homme-là, avec son phrasé un peu empâté et ses mimiques souvent volontairement vulgaires, ose tout. Et des situations de malaise qu’il suscite lorsqu’il piège ses victimes, émerge du comique, mais pas seulement : c’est aussi la part d’humanité, la spontanéité, qui surgit de chacun de nous pris dans une situation inédite qu’il parvient à capter. Il y parvient parce qu’il excelle dans l’art de l’improvisation. Et qu’il ne craint pas d’envoyer paître la bienséance.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct