Les Giardini bleus de l’Eurotopie à la belge

Alda Greoli a loué les ministres aux pieds nus dans l’agora de l’eurotopie du pavillon belge de Venise.
Alda Greoli a loué les ministres aux pieds nus dans l’agora de l’eurotopie du pavillon belge de Venise. - DR

Depuis Venise

Depuis vendredi, Venise baigne dans l’« Eurotopie » à la belge. Dans le cadre de la 16e Biennale d’architecture de Venise, le Pavillon belge accueille une exposition bousculante sur les défis de la construction européenne et la vacuité symbolique de sa capitale, Bruxelles.

Les jeunes commissaires de cette provocation, Léone Drapeaud, Manuel Leon Fanjul et Johnny Leya du bureau Traumnovelle, associés à l’historienne de l’art Roxane Le Grelle, ont fabulé un grand roman du passé, du présent et du futur de l’Europe. Le texte, d’une profonde ironie utopiste, montre combien l’architecture peut repousser, connecter ou séparer les peuples.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct