Yvette Horner, éternelle reine du bal

Edition numérique des abonnés

Depuis ce matin, un petit air tourne dans toutes les têtes. Non, pas « Hello Dolly » ou « Funiculi Funicula », qu’Yvette reprenait à chaque concert sur son accordéon magique, mais « Station Barbès », la parodie de « La boîte de jazz » de Michel Jonasz par les Charlots : « J’aime tous les succès d’André Verschueren, Yvette Horner, pour moi c’est une reine lalalala ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct