AT&T - Time Warner, le colosse que Trump n’aurait pas voulu voir naître

«
Le gouvernement a tenté le coup et a perdu
» a estimé le juge Richard Leon, estimant que les autorités n’avaient pas su prouver de possibles effets néfastes de l’opération.
« Le gouvernement a tenté le coup et a perdu » a estimé le juge Richard Leon, estimant que les autorités n’avaient pas su prouver de possibles effets néfastes de l’opération. - Reuters.

En jargon, on appelle cela une « fusion verticale ». Comprenez : le mariage de deux entreprises qu’apparemment tout oppose (les produits, les services, la culture...). Objectif : maîtriser l’ensemble de la chaîne, du producteur au consommateur. A ce titre, le mariage de l’année entre AT&T et Time Warner en est l’illustration parfaite. Le mastodonte qui surgira de cette greffe contre-nature contrôlera tous les maillons d’un écosystème médias, de la production de contenus aux distributeurs, en passant par les tuyaux. Et ce, au grand dam de l’administration Trump qui, après près de deux ans de procès antitrust (les noces avaient été annoncées fin 2016), devra se résoudre au feu vert rendu ce mardi par la justice américaine. Décryptage.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct