Harcèlement en festival: 10 conseils pour réagir

L’équipe d’Esperanzah travaille actuellement au développement de son plan «
SACHA
». Ce plan d’actions comprendra un numéro d’appel d’urgence, des zones sécurisées non mixtes, un kit de sensibilisation distribué par une vingtaine de bénévoles formés ainsi qu’une campagne générale dans tout le festival.
L’équipe d’Esperanzah travaille actuellement au développement de son plan « SACHA ». Ce plan d’actions comprendra un numéro d’appel d’urgence, des zones sécurisées non mixtes, un kit de sensibilisation distribué par une vingtaine de bénévoles formés ainsi qu’une campagne générale dans tout le festival. - Mathieu Golinvaux. Le Soir.

Insultes sexistes, harcèlement, frotteurs, mains aux fesses voire attouchements et agressions : les festivals estivaux sont loin d’être des oasis de quiétude pour les femmes. L’étude de Plan International Belgique diffusée ce jeudi à ce sujet révèle au contraire l’ampleur des phénomènes de harcèlement et d’agressions à caractère sexuel. 60 % des 600 jeunes sondés pour cette enquête estiment qu’il s’agit d’un problème fréquent, voire très fréquent dans les festivals. Une fille sur six en a déjà été victime, au cours des trois dernières années.

Et 40 % des témoins s’éloignent généralement sans agir, principalement car ils ne savent pas comment intervenir. L’étude de Plan révèle aussi que tous les festivals sont concernés, quel que soit le style de musique, le type de population ou la taille du festival.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct