L’ancienne base de l’Otan de Sugny empoisonne la commune de Vresse

La bourgmestre Françoise Leboc souhaite mener d’autres projets sur le site que le stockage d’explosifs.
La bourgmestre Françoise Leboc souhaite mener d’autres projets sur le site que le stockage d’explosifs. - Pierre-Yves Thienpont.

J’ espère bien que pour la fin 2019, tous les explosifs entreposés seront évacués et qu’on va enfin pouvoir faire place nette sur ce site et mener d’autres projets ! », s’exclame Françoise Leboc (MR). Ce site dont parle la bourgmestre de Vresse-sur-Semois, petite commune tout au sud de la province de Namur lovée entre les Ardennes françaises et le Luxembourg belge, est celui de l’ancienne base de l’Otan de Sugny. Un vrai caillou dans la chaussure communale, qui empoisonne la vie locale depuis 2012. « Rendez-vous compte de tout l’argent qu’on a perdu », s’indigne la bourgmestre Leboc. L’histoire de Sugny est celle d’une base à infrastructures particulières qui n’a toujours pas réussi sa reconversion. Et même si Françoise Leboc, ce vendredi 15 juin, sortait du bureau du gouverneur à Namur avec le sourire, de solides embûches pointent encore à l’horizon.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct