Le patron de KBC: «Nos marges sur les crédits immobiliers ont atteint une limite»

Johan Thijs
: «
Je suis parti en vacances avec 20 euros dans mes poches car je peux tout faire avec mon smartphone et ma carte de crédit
».
Johan Thijs : « Je suis parti en vacances avec 20 euros dans mes poches car je peux tout faire avec mon smartphone et ma carte de crédit ». - Pierre-Yves Thienpont.

Une demi-heure pour faire le tour de l’actualité bancaire, c’est peu. Mais Johan Thijs, patron du bancassureur flamand KBC et, également, président de Febelfin, fédération du secteur financier belge, est un bon pédagogue. Cela tombe bien les institutions financières belges font face à des défis multiples, la faute aux taux bas persistants et à une guerre commerciale qu’elles se livrent sur les crédits, immobiliers en particulier. KBC fidèle à son image assure être le bon élève prudent. Les chiffres présentés à l’occasion des résultats du deuxième trimestre le confirment.

Vos résultats sont bons, malgré des marges d’intérêts – principalement l’argent que rapportent les crédits à la banque – sous pression. Alors quel est le secret de KBC ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct