Au micro, les souffrances de Monsieur Hulot

Edition numérique des abonnés

Depuis Paris,

Personne n’était au courant de sa décision. Ni au sommet de l’Etat. Ni dans l’intimité de sa famille.

Il est même presque permis de douter que ce grand tourmenté, en conflit permanent avec sa conscience, n’avait pas averti son for intérieur… Avant que la lumière rouge s’allume dans le studio de France Inter, ce mardi, Nicolat Hulot avait même laissé penser qu’il resterait. Et puis, à huit heures vingt, ces mots qui resteront pour l’histoire . «  Je ne veux plus me mentir. Je prends la décision de quitter le gouvernement  », dit le ministre de la Transition écologique d’une voix blanche.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct