l’édito

Aux élections, c’est la mathématique qui fait la coalition

©D.R
©D.R

Un vieux briscard de la politique ne cessait de le répéter aux jeunes observateurs qui s’excitaient lors des campagnes électorales à la moindre annonce d’exclusive ou de préférence pour la formation des nouvelles coalitions : le jour des élections, ce ne sont pas les sentiments ou les idéologies qui décident, mais la mathématique.

Ces soirs-là, dans les états-majors de parti, on regarde en effet d’abord les chiffres pour voir ce qu’ils permettent ou pas, peu importent les affinités. Ce sont eux qui déclenchent le jeu des coalitions, car c’est ce qu’ils affichent soudain qui détermine si on peut se passer d’un tel, le mettre en bas du fossé pour prendre le pouvoir avec un autre, qu’on préfère ou pas, mais qu’en tout cas on n’attendait pas.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct