Le Brexit ébranle l’«amour foot»

A l’image de Kevin De Bruyne et Vincent Kompany, qui évoluent à Manchester City, la Premier League doit aussi son immense succès à la présence massive de joueurs du Continent dans les clubs de l’élite anglaise.
A l’image de Kevin De Bruyne et Vincent Kompany, qui évoluent à Manchester City, la Premier League doit aussi son immense succès à la présence massive de joueurs du Continent dans les clubs de l’élite anglaise. - Photonews.

Né en Angleterre, le football ne pouvait pas échapper à la véritable révolution que constitue le Brexit.

En effet, le sport roi se retrouve au cœur de l’opposition, mise en exergue lors du référendum par l’essayiste David Goodhart entre les « Somewheres » (« gens de quelque part ») et les « Anywheres » (« gens de n’importe où »), et leurs valeurs respectives – d’une part, l’appartenance à des groupes et des lieux ; de l’autre, la mobilité sociale et l’individualisme.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct