Poutine vire à l’est avec un traité de paix en bonus

«
Europe et Etats-Unis ne donnent aucun signe de relâchement de leurs sanctions contre Moscou qui, du coup, se tourne vers l’Asie
», dit-on dans les couloirs.
« Europe et Etats-Unis ne donnent aucun signe de relâchement de leurs sanctions contre Moscou qui, du coup, se tourne vers l’Asie », dit-on dans les couloirs. - EPA

Depuis Vladivostok

Entre politique et économie, Vladimir Poutine a mis en scène hier son « virage à l’est ». A la tribune du forum de Vladivostok, la vibrante capitale de l’Extrême-Orient russe accueillant ce « Davos asiatique ». Lancé en pleine crise diplomatique avec l’ouest, le chef du Kremlin a loué « le pragmatisme » de ses nouveaux partenaires. A côté de lui étaient notamment assis les premiers ministres japonais Shinzo Abe et sud-coréen Lee Nak-Yon mais aussi le président chinois Xi Jinping. Sous leur regard, il a vilipendé à demi-mot le protectionnisme américain et directement critiqué les sanctions occidentales. Les quatre chefs d’Etats ont beaucoup parlé business et de coopérations économiques. Mais c’est la politique qui a dominé les discussions. D’autant plus que, en plein échange d’amabilités, Vladimir Poutine a créé la surprise.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct