D’enfant terrible, Orban devient le mouton noir du PPE

Edition numérique des abonnés

Depuis Strasbourg

C’est un basculement, politique et symbolique. Eclipsant l’effet du traditionnel discours sur l’état de l’Union européenne prononcé le matin même par le président de la Commission Jean-Claude Juncker, le Parlement européen a voté en faveur de l’ouverture d’une procédure de sanction envers la Hongrie pour manquement grave et systématique de l’Etat de droit. A vrai dire, le vote en question ne représente formellement qu’une demande adressée au Conseil de l’UE (l’institution représentant les Etats membres), qui selon l’article 7 du traité de Lisbonne doit maintenant s’emparer du dossier.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct