le dossier

Des victimes de racisme témoignent: «C’est destructeur de constater que l’on nous conteste la belgitude»

Edition numérique des abonnés

Ces derniers mois, le racisme s’est taillé une place de choix dans l’actualité. Pour ceux qui n’en sont pas coutumiers, le récit des événements qui y étaient liés a le plus souvent étonné, les renvoyant à une violence qu’ils ne connaissent pas et insistant à rebours sur un biais : celui qui existe entre les perceptions de ceux qui sont victimes du racisme et ceux qui ne le sont pas.

Ce biais n’est pas sain. Car, à sa façon, il entretient le racisme – relativisant la violence qu’il inflige, sa portée et son caractère destructeur sur des parcours de vie – et le sentiment d’impunité de ceux qui le pratiquent au quotidien comme un outil redoutablement efficace pour se forger une place au soleil, pour régler leurs comptes, pour laisser libre cours aux instincts humains les plus bas...

Voici quatre récits et autant de tentatives pour présenter le racisme pour ce qu’il est.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct