Camp de migrants à Lesbos: une toilette pour 72 personnes, une douche pour 84

©Ulysse Guttmann-Faure / APJ / Hans Lucas
©Ulysse Guttmann-Faure / APJ / Hans Lucas - Ulysse Guttmann-Faure / APJ / Hans Lucas.

Le soleil tombe sur Lesbos, une île grecque à une dizaine de miles de la Turquie. En cette période estivale, la vue depuis les hauteurs du village de Moria ravirait les touristes. Jeancy, un Conglolais de 22 ans, arrivé ici à la mi-mars, n’y prête plus attention. Il soulève un morceau de plastique gris. « C’est l’entrée de chez moi, ironise-t-il. J’ai construit cette tente avec ce que j’ai trouvé : des bouts de bois pour l’armature, une bâche pour le toit, de vieilles couvertures pour le matelas… » Depuis plusieurs mois, il dort sous cet abri de fortune à Moria. Pour Jeancy, ce nom de village est synonyme de « hot spot », c’est-à-dire de centre d’enregistrement, de tri et d’hébergement des migrants en quête d’Europe qui ont traversé la mer Egée depuis la côte turque. Autour du jeune Congolais, containers et autres cabanes improvisées sont alignés, pleins à craquer.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct