Le néolibéralisme est un fascisme? Miller réfute, Di Rupo illustre

Richard Miller et Elio Di Rupo © Le Soir
Richard Miller et Elio Di Rupo © Le Soir -

L’incrimination du néolibéralisme, comme s’y emploie spectaculairement Manuela Cadelli dans sa carte blanche, fait s’indigner les conseillers au centre Jean Gol et chavirer d’aise les chercheurs de l’Institut Emile Vandervelde.

Richard Miller, député fédéral par ailleurs, qui dirige le bureau d’études du MR, n’a pas de mots assez durs, et rectifie tant qu’il peut. En face, Elio Di Rupo tient à témoigner en personne pour le centre d’études socialistes, il abonde, prolonge.

Traits polémiques et analyses se mêlent, la suédoise au milieu (du feu)…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct