Congo: Kabila doit briser le silence

Edition numérique des abonnés

Les autorités congolaises seraient- elles sourdes ? Autistes ? Enfermées dans leurs stratégies ou leurs stratagèmes ? Depuis des mois, il suffisait d’interroger de simples citoyens pris au hasard, dans la capitale ou dans les villes de province, pour entendre le même son de cloche : attachés au respect d’une Constitution qu’ils ont adoptée par referendum à l’issue d’une guerre meurtrière, les Congolais refusent non seulement l’idée d’un report des élections, mais, pour le principe, la prolongation au pouvoir de l’actuel chef de l’Etat.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct