Nicolas Kummert La diversité

Edition numérique des abonnés

La pureté, ça n’existe pas. La diversité, c’est mieux. Et c’est la vie. Nicolas Kummert, ça l’a toujours fasciné la diversité, sociale et musicale. Son amour de la musique africaine, ses sessions avec Keziah Jones et Manu Dibango, ses voyages au Bénin, Mali, Sénégal, Maroc, etc.

La musique du saxophoniste belge n’est pas vierge de toutes ces expériences. Celle de Lionel Loueke non plus, le guitariste béninois qui vit à New York et qui s’est frotté à Herbie Hancock, Robert Glasper, Wayne Shorter, Dave Holland. Et tous deux ont un sens aigu de la mélodie, de la beauté du son. Ils étaient faits pour jouer ensemble.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct