Les chroniques de l’inutile Virgule

Edition numérique des abonnés

La musique de Benjamin Sauzereau and co, c’est en quelque sorte du jazz de chambre. On imagine bien Beethoven écrire cette musique aérienne et prenante, pour un septuor : guitare, flûte, clarinette, sax, piano, basse et percussions. Sauf qu’ici, c’est Sauzereau qui a composé, qu’il vit aujourd’hui et qu’il n’est pas sourd.

Derrière la boutade accrocheuse, il y a quand même de ça dans ces Chroniques de l’Inutile, une manière de vouloir mêler le classique et le contemporain, le jazz et la musique de chambre, dans une atmosphère cool, mystérieuse, brumeuse, faite de bouts de mélodies, d’ébauches de chansons, d’harmonies subtiles et éthérées.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct