Le Pacte d’excellence : la première urgence francophone et une chance historique

© Le Soir/Mathieu Golinvaux
© Le Soir/Mathieu Golinvaux

Le Pacte d’excellence : la première urgence francophone et une chance historique à saisir pour chaque élève, enseignant, directeur ou parent

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • La seule et unique manière de réussir un Pacte est de construire sur le terrain avec les acteurs de terrain l'école de demain ... et pas uniquement avec leurs "représentants" ... Ces acteurs de terrain : enseignants, directions , parents , enfants/jeunes / élèves doivent être les premiers acteurs de ce processus à long terme d'une refondation indispensable de notre système éducatif.... or ces acteurs sont "échaudés " (le mot est faible) par 37 années de communautarisation de l'enseignement passant du rénové au décret Missions avec un détour par le contrat pour l’École. Ils attendent les premiers de pacification des responsables politiques : titres et fonctions, socles de compétences, décret inscription, job clair du ministre qui cumule les fonctions de régulateur et opérateur PO d’écoles .... A noter aussi que le système finlandais s'est réformé très progressivement. La réforme a débuté dans le Nord du Pays et s'est étendue de proche en proche avec les acteurs de terrain pour terminer à Helsinki avec l'adhésion des gens de terrain qui ont été responsabilisés concrètement .... l'administration /inspection/ contrôles gratuité et autres joyeusetés se réduisant au strict nécessaire

  • le tronc commun est déjà en application : il suffit d'observer la chute de population scolaire en 3 TQ dans les écoles (conséquences du ceb "grandement" réussi, de délibés suivant les ce1d nettement "favorables" et le passage automatique de 1° en 2°....) et la grande difficulté de gérer des classes avec des élèves qui n'ont pas les bases essentielles à la compréhension efficace des programmes des cours où ils se trouvent ... 4 ans de formation pour les instituteurs et régents ....cela ne servira à "presque " rien ....il vaudrait mieux se pencher sur les 3 ans actuels et les perfectionner ( ..plus économique. )...! pour rappel :certaines catégories de profs sont déjà en voie de disparition ce n'est pas la formation de 4 ans qui en fera réapparaître ni en quantité suffisante , ni en qualité suffisante .... A méditer aussi : 1/quand on voit le fiasco dans la modification des cours de religion/morale , on peut craindre le pire pour la modification de nombreux cours dans un tronc commun futuriste ....2/ les syndicats étaient présents à la rédaction du pacte ; la base syndicale a rejeté nettement le fruit de ce travail .....d'où la question : la méthodologie de ce travail et la méthode de concertation démocratique dans ce groupe central étaient-elles efficaces ? Si la réponse est "non" , ce n'est pas rassurant pour l'Ecole , lieu de pédagogie et démocratie.. .entre autres ....

  • Quand j'entends aujourd'hui le plaidoyer de certains en faveur de classes plus petites, c'est toujours la petite ritournelle des années quatre-vingt qui repasse en boucle: "Plus nos moyens sont petits, plus vos petits seront moyens"! Aucun rapport, mais c'est syndicalement vintage

A la une
Tous

En direct

Le direct