Peur à Beyrouth, Paris, Bruxelles

Edition numérique des abonnés

« Le but des terroristes est de semer la peur, d’amener les gens à se méfier les uns des autres et de provoquer un climat d’insécurité en ville. J’ai connu cela, enfant et adolescente à Beyrouth, confrontée à une guerre civile et au chaos provoqué par les voitures piégées, les attentats et les enlèvements. Et j’ai ressenti la même peur au ventre, ici, après les attentats de Paris et de Bruxelles. Mais, ça a été bref, éphémère », confie Jihane Sfeir.

Française d’origine libanaise, Jihane Sfeir est née à Beyrouth en 1970. Aujourd’hui coordinatrice de l’Observatoire des mondes arabes et musulmans (OMAM) de l’ULB, elle est spécialiste de l’histoire du monde arabe contemporain.

L’objectif ultime des terroristes est de diviser, de monter les gens les uns contre les autres

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct