«Après Caterpillar, je ne ferai plus la fine bouche»

Ludovic, ouvrier, 17 ans de maison : « J’ai déjà reçu une proposition  d’emploi payé moitié moins que chez Caterpillar. Le système du chômage est conçu pour qu’on accepte un job payé une misère. »
Ludovic, ouvrier, 17 ans de maison : « J’ai déjà reçu une proposition d’emploi payé moitié moins que chez Caterpillar. Le système du chômage est conçu pour qu’on accepte un job payé une misère. » - Pierre-Yves Thienpont

« Cematin, j’ai rendez-vous pour signer mon bon de décharge et remettre mon matériel. Et ce sera fini, tout simplement. Je quitterai l’entreprise après 33 ans de travail… » Christian, 55 ans a la voix pleine de tristesse. Et pour cause : l’homme a quitté les bancs de l’école pour se retrouver directement, à 19 ans, dans l’usine de Caterpillar à Gosselies. Il y a gravi courageusement les échelons, un à un : ouvrier, employé puis cadre. « Caterpillar faisait presque partie de la famille. Mon père y travaillait déjà. Mes enfants, aujourd’hui âgés de 23 et 26 ans, en ont toujours entendu parler, l’ont visité plusieurs fois. Puis ma femme y est salariée elle aussi… »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
  • Quel gâchis.... Et l'on prétend que les travailleurs "quittent" trop tôt le travail mais qui a décidé de fermer caterpilar? Et qui aujourd'hui prétend que le travail n'est plus une valeur de gauche alors qu'il est celui qui crée la valeur ajoutée qui doit être partagée même si elle est mal partagée,mais que ce travail est supprimé par les dirigeants d'entreprises qui en principe sont de droite. N'est-ce pas mr Bacquelaine?

A la une
Tous

En direct

Le direct