Les enfants du soleil L’âme russe façon Almodóvar

Edition numérique des abonnés

S’il existait un formulaire pour cocher tout ce qui fait d’une pièce de théâtre une réussite, le spectacle de Christophe Sermet ferait carton plein. Heureusement, personne n’a encore inventé un tel outil réglementaire mais il est tout de même des indices infaillibles pour dire que ces Enfants du soleil de Gorki constituent un mémorable joyau de la scène belge.

Premier signe qui ne trompe pas : étalée sur près de deux heures et demie, la pièce nous a semblé passer dans un souffle, léger, vital.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct