Coupat est-il un terroriste ?

<P><AMORCE>RAID POLICIER </AMORCE>dans le petit village de Tarnac, en novembre dernier : des moyens qui ont paru bien disproportionnés par rapport à la menace potentielle… <CREDIT>© THIERRY ZOCCOLAN/ AFP.</CREDIT> </P>

RAID POLICIER dans le petit village de Tarnac, en novembre dernier : des moyens qui ont paru bien disproportionnés par rapport à la menace potentielle… © THIERRY ZOCCOLAN/ AFP.

- AFP

Le Français Julien Coupat, jeune épicier d’un village de la Corrèze profonde, est libre mais le chef présumé des saboteurs de la SNCF reste inculpé de « terrorisme ».

Voilà 6 mois, il était enfermé à la prison de la Santé. La raison ? On le soupçonne d’avoir commis des sabotages de caténaires sur certaines lignes du rail français.

Ce jeudi, l’homme a quitté la prison. Il reste placé sous strict contrôle judiciaire. Il est par ailleurs toujours en examen « pour destruction en relation avec une entreprise terroriste ».

Pour le principal intéressé, c’est une prévention délirante édictée par un Etat parano.

L’homme est radical, certes, mais au fond, il pose une question à laquelle on n’a pas encore répondu clairement outre Quiévrain. Peut-on prouver son passage à l’acte et au-delà est-il permis de comparer son éventuel passage à l’acte avec des attaques terroristes sanglantes ?

Autour de ces interrogations, le débat est très animé.

P.15 notre dossier

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pendant 2 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct