Le Jour du soleil noir

pour William Vance

Edition numérique des abonnés

Grand seigneur de l’élégance réaliste, William Vance avait grandi dans la ligne des géants américains Burne Hogarth, le créateur de Tarzan, ou Hal Foster, le magicien du Prince Vaillant. Son premier maître fut Hans Kresse, un prodigieux dessinateur de Peaux-Rouges. Mais il fut d’abord le fils prodige de l’Ecole belge, celle du Valhardi de Jijé ou du Buck Danny de Victor Hubinon et, avec la série XIII, il surpassera tous ses modèles.

William Vance savait mettre la finesse du trait et sa sensualité au service d’un dessin adulte. L’artiste bruxellois n’avait pas son pareil pour croquer des ladies au caractère trempé et au corps de diablesse. Sa main trouvait instantanément la meilleure attitude, la mise en scène idéale, sans croquis préparatoire. La plupart du temps, il dessinait ses personnages nus pour les habiller ensuite comme de vrais acteurs.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre d'abonnement
1er mois offert
A la une
Tous

En direct

Le direct