Fil info

A la recherche des semences perdues

Leur nom évoque la région où des générations de paysans ont patiemment sélectionné les meilleures graines pour créer une variété adaptée au terroir. Roux des Ardennes, Blanc des Flandres, Mars ardennais ou encore Blanc de Gembloux. Des spécimens progressivement abandonnés par l’agriculture moderne en raison notamment de faibles rendements, de taux de gluten trop faibles ou encore d’un manque de performance dans la panification mécanisée.

Depuis deux ans, un réseau informel de paysans, boulangers, chercheurs, jardiniers ou simples consommateurs s’est constitué en Wallonie sur le modèle du « réseau semences paysannes » qui existe déjà en France. « Li Mestère » (méteil en sud-luxembourgeois) évoque la farine issue d’une méthode de culture où le paysan sème diverses variétés sur la même parcelle, en l’occurrence du seigle et du blé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct