Fil info

POUSSIERES D'ARTISTES(III) PORTRAITS DE FILLES POTELEES...:LA PEINTURE DE LA RUE GODECHARLE ETAIT TOUT SAUF ENNUYEUSE

Portraits de filles potelées, de beautés brutes ou d'élégantes:

la peinture de la rue Godecharle était tout sauf ennuyeuse

Poussières d'artistes (III)

Autour de 1860, la rue du Financier ne s'appelle pas encore Godecharle. Tracée sommairement à travers champs, sur le talus de la gare du Luxembourg, elle compte une seule maison, celle du jardinier Leroy. Deux ans plus tard, M. Leroy fait la connaissance de ses premiers voisins: les peintres Bouillot et Dillens, qui ébauchent la vocation artistique du quartier. Leurs ateliers vont se craqueler sous l'assaut des pelles mécaniques.

Adolphe Dillens est né à Gand le 2 janvier 1821. Il apprend à brosser dans l'atelier de son père, Henri Dillens. Adolescent, le jeune Adolphe cache un poil dans la main. Ses premières toiles sont peu nombreuses et encore moins convaincantes. Il faut attendre 1850 pour le voir monter sa première exposition. Sa petite «Jeanne d'Arc» à la taille vigoureuse reçoit de timides encouragements.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct