Pourquoi la crise politique PS-CDH ne provoquera pas un retour anticipé aux urnes

Marc Uyttendaele © Vincent Rocher
Marc Uyttendaele © Vincent Rocher - Vincent Rocher

Au niveau fédéral, quand la majorité se lézarde, le Premier ministre présente la démission de son gouvernement au Roi. Celui-ci peut l’accepter, la refuser ou suspendre sa décision, le temps que chacun retrouve son sang-froid. Si le divorce est irrémédiable, les Chambres sont dissoutes par arrêté royal, ce qui entraîne des élections anticipées dans les 40 jours.

La crise politique qui secoue les gouvernements wallon, bruxellois et francophone depuis lundi est venue nous rappeler qu’il n’en va pas de même dans les entités fédérées. Retour anticipé aux urnes interdit. La carte politique issue des élections reste figée durant toute la législature – on parle ainsi de « parlements de législature ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct