Crise politique : une certitude, les vacances sont foutues

Benoît Lutgen © Photo News
Benoît Lutgen © Photo News

La décision prise ce lundi par le CDH pour les trois entités fédérées a une conséquence politique essentielle : les gouvernements en place en Wallonie, à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles ne disposent plus de majorités parlementaires. La conférence des présidents du parlement de la Fédération en avait pris acte dans l’après-midi : les travaux prévus cette semaine ont été ajournés. A Bruxelles, les députés ont poursuivi leurs travaux.

En Wallonie, les premières réunions de commissions sont prévues pour le début de la semaine prochaine. La conférence des présidents se réunit normalement jeudi pour arrêter les ordres du jour. Mais la rupture de solidarité au sein du gouvernement pourrait avoir le même effet qu’à la Fédération : un blocage provoqué par le CDH et donc une suspension des travaux jusqu’à nouvel ordre. Les députés devaient débattre de l’ajustement budgétaire proposé par l’exécutif en voie de dissolution, ce n’est plus envisageable.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct