Cédric Klapisch: «Le vin, c’est la métaphore de l’humanité»

Cédric Klapisch: «Le vin, c’est la métaphore de l’humanité»

Cédric Klapisch, 56 ans le 4 septembre prochain, est le cinéaste de la jeunesse des années 2000 à travers des films comme L’Auberge espagnole ou Casse-tête chinois. Son douzième long-métrage met toujours en scène une jeunesse très contemporaine mais plus du tout urbaine. Les héros de Ce qui nous lie ont leurs racines en Bourgogne, au cœur des vignes, ce qui n’empêche pas d’être ouverts au monde.

Est-ce un film sur le vin ou sur la famille ? En liant vin et famille, Klapisch renoue avec quelque chose de très intime qu’il résume en quelques mots : «  Jusqu’à il y a peu de temps, mon père nous emmenait en Bourgogne, mes sœurs et moi, faire des dégustations dans des caves. C’était une sorte de rituel, une fois tous les deux ans, à peu près.  » Il est donc question de temps qui passe et de transmission.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Cinéma