Quand l'Europe piétine ses valeurs démocratiques

Le blogueur saoudien Raif Badawi est en prison depuis 2012. La mobilisation pour sa libération est d’abord citoyenne. L’UE reste pour sa part fort silencieuse. Dans ce dossier comme dans tant d’autres. © EPA.
Le blogueur saoudien Raif Badawi est en prison depuis 2012. La mobilisation pour sa libération est d’abord citoyenne. L’UE reste pour sa part fort silencieuse. Dans ce dossier comme dans tant d’autres. © EPA. - epa.

B ien entendu, nous ne ferons rien  ». La formule du ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand en 1981, au moment du putsch du général Jaruzelski en Pologne, est entrée dans les annales de la diplomatie. Mais aujourd’hui, «  bien entendu, nous ne ferons et ne dirons rien  » non plus, à propos du prix Nobel de la Paix 2010, le dissident chinois, Liu Xiaobo, qui vient de «bénéficier» d’une libération conditionnelle en raison de son état de santé  : un cancer du foie en phase terminale. «  Nous ne ferons et ne dirons rien, ou le moins possible  », en faveur du blogueur saoudien Raif Badawi, en prison depuis 2012 et condamné à 1.000 coups de fouet pour apostasie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct