Migrants en mer: la France et l’Espagne sollicitées pour soulager l’Italie

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre estonien, Jueri Ratas. ©AFP
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre estonien, Jueri Ratas. ©AFP

Depuis Tallinn (Estonie)

Il en va des présidences semestrielles européennes comme des traversées à la voile. On part avec un cap, un calendrier et un programme minutieusement préparés. Puis les événements imprévus en haute mer obligent parfois à reconsidérer la route, voire à terminer dans un autre port que prévu. L’Estonie reprend ce 1er juillet pour six mois le pilotage des travaux ministériels des 28 en mettant en avant un thème majeur, qui est devenu le trait d’identité de ce petit pays balte de 1,5 million d’habitants : la société digitale et l’e-gouvernement, dont ses dirigeants vont se faire les apôtres dans le reste de l’UE.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Union Européenne