François Gemenne: «Le mode de rémunération des mandataires devrait être revu»

© Sophie Kip.
© Sophie Kip.

Pour l’auteur de « La géopolitique du changement climatique », la situation en Italie est d’abord le résultat d’un manque criant de solidarité en Europe. «  Nous en revenons toujours au même problème : l’absence totale d’un projet politique européen en matière d’asile et d’immigration  », affirme-t-il. «  La mortalité en Méditerranée ne faiblit pas, on ne peut pas dire que la crise des réfugiés est derrière nous. L’Union européenne continue d’être la destination du monde la plus dangereuse pour les migrants. Ce sont les passeurs qui de facto décident de la politique migratoire de l’Union européenne : qui arrive, quand, à quelles conditions et où ?  »

Les passeurs ne mettent dans les bateaux que suffisamment de carburant pour atteindre les eaux internationales.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct