Il y a dix ans dans Le Soir: «Opel se montre plus généreux que Volkswagen»

L’usine d’Anvers. © Dominique Duchesnes
L’usine d’Anvers. © Dominique Duchesnes

(article paru le 3 juillet 2007)

Dans la nuit de samedi à dimanche derniers, les représentants syndicaux et la direction de l’usine Opel d’Anvers sont parvenus à un accord sur les conditions de départ des ouvriers disposant d’un contrat à durée indéterminée. Le constructeur automobile allemand avait annoncé voici plus d’un mois une réduction de la voilure dans la cité portuaire, conduisant à la suppression de 1.861 des 4.894 emplois de la chaîne.

Le texte qu’ont adopté les parties prévoit des préretraites à partir de 50 ans avec maintien de 82 % à 89 % du salaire net ainsi que des primes pour les départs volontaires s’étalant jusqu’à 144.000 euros brut. Soit des conditions supérieures à celles offertes aux travailleurs de l’unité bruxelloise de Volkswagen, une chaîne de montage aujourd’hui dédiée à une autre marque du géant de Wolfsburg : Audi.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct