Philippe le mécanicien présente le programme de Macron l’architecte

©EPA
©EPA

Depuis Paris

Le plus dur commence maintenant. Mais on peut déjà dire qu’il n’y a pas eu de fausse note entre le président de la République et son Premier ministre ! » Pour Frédéric Dabi, politologue et directeur général adjoint de l’Institut Ifop, la séquence du double discours de l’Exécutif a permis « a minima de montrer leur complémentarité ». En effet, alors qu’Emmanuel Macron a fixé lundi à Versailles un cap pour la France, le Premier ministre Edouard Philippe a, lui, détaillé par le menu et par le concret l’action qu’il entend imprimer à son gouvernement devant l’Assemblée nationale. Cette prise de parole était suivie d’un débat et d’un vote. La large majorité présidentielle qui dépasse le cadre de la seule représentation du parti La République en Marche a voté la confiance au gouvernement (370 pour, 67 contre).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct