Au Parlement européen, les bancs sont trop souvent vides

Au Parlement européen, les bancs sont trop souvent vides

Depuis Strasbourg

Ridicule. Ridiculous. S’il résiste souvent à l’usage de la langue de Shakespeare, le Brexit l’ayant piqué au vif, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, n’a pas hésité à s’auto-traduire pour exprimer le fond de sa pensée devant un hémicycle quasi vide au Parlement européen, mardi.

« Le Parlement européen est ridicule, très ridicule. Je salue ceux qui se sont donné la peine de d’être en salle », a-t-il lancé lors du débat-bilan de la présidence maltaise des travaux de l’UE, qui avait, selon ses calculs, attiré seulement une trentaine de curieux sur 751 élus.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct