Festival d’Avignon: le pari gagnant d’Antigone en japonais

Une tragédie grecque jouée en japonais dans cette Cour d’honneur où beaucoup se sont cassé les dents
: le pari était risqué. Il est largement gagné. © afp/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT.
Une tragédie grecque jouée en japonais dans cette Cour d’honneur où beaucoup se sont cassé les dents : le pari était risqué. Il est largement gagné. © afp/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT. - afp/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT.

Depuis Avignon

Sur le mur du Palais des Papes une ombre minuscule affronte une ombre gigantesque. D’un côté, Créon, roi de Thèbes. De l’autre, Hémon, son fils. Créon a condamné à mort Antigone qui avait outrepassé ses ordres. Hémon, fiancé d’Antigone, tente d’infléchir la volonté de son père. Mais si son ombre prend de temps en temps un peu d’ampleur, on sent dès le départ que l’affrontement est inégal et que la toute-puissance de Créon ne fléchira pas.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct