«Des personnes victimes de persécution, toujours sur le qui-vive»

«Des personnes victimes de persécution, toujours sur le qui-vive»

Dehors été comme hiver, les migrants en transit doivent beaucoup de leur survie à des initiatives citoyennes qui assurent notamment des distributions de repas et de couverture. Médecins du monde fait partie des rares ONG à travailler avec ce public extrêmement fragile. Les conditions de vie en rue favorisent le développement de maladies, parfois graves, et difficiles à traiter faute de possibilité de suivi, explique Stéphane Heymans, directeur des opérations chez Médecins du monde.

La situation s’est-elle aggravée pour les migrants en transit ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Société