Chester Bennington de Linkin Park, âme damnée du rock américain

Chester Bennington © Reporters
Chester Bennington © Reporters

Le rock ressemble de plus en plus à un gigantesque cimetière d’âmes damnées. Deux mois après le suicide de Chris Cornell, c’est le chanteur de Linkin Park, Chester Bennington, qui a rejoint le purgatoire, la corde au cou. Il avait 41 ans.

Son histoire se termine brutalement, elle n’avait pas commencé autrement. Né à Phoenix, Arizona, le 20 mai 1976, Chester Bennington n’a pas sept ans quand il est abusé sexuellement. Il connaît son bourreau, mais n’en dira rien à son père, pourtant détective chargé de ce genre d’affaires. Ces abus dureront jusqu’à ses treize ans. Entre-temps, ses parents divorcent et le jeune Chester, 11 ans, se réfugie dans les narcotiques. Alcool, cocaïne, métamphétamines, LSD, tout ce qu’il trouve et qui lui fait passer l’envie de tuer quelqu’un. Ou de se tuer, lui.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct