Maestro Draghi a changé de costume, le voici équilibriste

© Reporters
© Reporters

S’ils étaient, avant la crise financière de 2008, des « maestros » – pour reprendre le surnom donné alors au président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Alan Greenspan – les banquiers centraux sont devenus des funambules.

Queneau, l’auteur français, eut peut-être apprécié, qui écrivait dans Pierrot mon ami  : « Un nouveau métier, ça ne me fait pas peur. Mais je ne voudrais pas être paillasse ou monstre. Acrobate, ça m’aurait assez plu. Fil de feriste : épatant. »

Sans doute, les patrons actuels de la Fed, Janet Yellen, et de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, préféreraient-ils, comme jadis leurs prédécesseurs, diriger l’orchestre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct