J’avais 20 ans en 1967: Chemises flashy, motifs roses et colliers de bois

© D.R.
© D.R.

Ma chemise est blanche avec des motifs roses qui s’entremêlent. Mes cheveux ne sont pas longs comme ceux d’un hippie de cinéma, mais ils ne sont plus coupés propre, des mèches folles s’échappent vers la nuque et les côtés (et j’ai d’ailleurs porté des cheveux bien plus longs que ça). J’avais (enfin) échappé à la rigidité vestimentaire de mes humanités à Saint-Stanislas, et foncé dans la liberté offerte par l’ULB.

Sur cette photo, je suis encore net. Mais je me souviens de chemises plus flashy, vert pomme ou orange vif, de tissus froissés chic, de t-shirts au lettrage en arabesques joyeuses... De colliers de perles ou d’amandes de bois teinté, portés au ras du cou ou, en été du moins, sur la poitrine offerte par une chemise échancrée. Et de bagues fantaisie décorant une majorité de doigts de chaque main. Nous, les mecs, on voulait aussi paraître cool et beaux. Ne manquaient que les fleurs, mais on n’était pas à Frisco et j’allais quand même aux cours. De temps en temps.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct