Courrèges orpheline, syndrome des fortes personnalités

Courrèges, c’est notamment la mini-jupe. © D.R.
Courrèges, c’est notamment la mini-jupe. © D.R.

C’est le choix de Sophie. Allez, en moins tragique. Mais quand même, le dilemme est là : reprendre une grande maison de couture, avec un héritage lourd de robes iconiques, de manteaux et d’égéries mythiques, demande une vraie réflexion. On garde les codes en tête et on poursuit dans la même voie, quitte à diluer sa propre personnalité ? Ou on explose la baraque sous prétexte qu’il faut tout dépoussiérer ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct