J’avais 20 ans en 1967 : ma voiture, c’est ma liberté en couleurs

Jean-Claude. © D.R.
Jean-Claude. © D.R.

Je suis un peu honteux de l’avouer aujourd’hui : je devais conserver un soupçon de machisme en 1967. Un peu, pas trop, mais quand même… Les nouvelles idées d’égalitarisme sexuel avaient sans doute percolé mon esprit mais pas encore mon corps et mes attitudes. Alors quand je m’achetais une vieille Renault 4L d’occase, et que j’ai voulu la personnaliser (on dirait la « tuner » aujourd’hui !), j’ai peint un Indien sur la portière conducteur et une fille sur la portière passagère. Comme s’il était évident que c’était l’Indien, c’est-à-dire moi, qui la conduirait tout le temps et pas ma petite amie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct