Comment le rêve hippie a volé en éclats

Les Hells Angels assurent la sécurité avec brutalité, tabassent à tout vent et poignardent à mort un spectateur. © Reporters.
Les Hells Angels assurent la sécurité avec brutalité, tabassent à tout vent et poignardent à mort un spectateur. © Reporters. - Reporters

Les histoires d’amour finissent mal (en généraaaaal), assure la chanson. Le Summer of Love est une belle histoire d’amour. Et n’échappe donc pas à cette règle funeste. Le bel élan hippie, toutefois, se prolonge bien au-delà des mois d’été 1967. «  Même si certains acteurs radicaux l’enterrent dès l’automne suivant, le mouvement va durer deux bonnes années de plus  », note Philippe Thieyre, spécialiste du psychédélisme. A la Noël 1969, en tout cas, la messe est dite. L’euphorie du flower power se mue en douloureuse gueule de bois. Deux tragédies en sonnent le glas : le massacre commandité par Charles Manson à Los Angeles et le concert cauchemardesque des Rolling Stones sur le circuit automobile d’Altamont, à l’est de San Francisco.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct