Comment Nalan Oral, réfugiée en Belgique, a échappé aux griffes de la justice turque

Nalan Oral racontant sa douloureuse expréience
: la jeune femme a vécu plusieurs semaines d’angoisse avant sa libération. © D.R.
Nalan Oral racontant sa douloureuse expréience : la jeune femme a vécu plusieurs semaines d’angoisse avant sa libération. © D.R. - D.R.

Depuis Bucarest

Epuisée par deux semaines passées derrière les verrous de la prison de Timisoara, dans l’Ouest de la Roumanie, Nalan Oral trouve les moyens d’ironiser sur sa mésaventure. « Au moins, j’aurai appris à dire le chiffre “sept” en roumain, car c’est le 07/07/2017 qu’a commencé mon cauchemar », note cette Turque de 38 ans, tout en repoussant sa longue chevelure brune derrière ses épaules.

Ce jour, Nalan, réfugiée politique en Belgique depuis 2012, se dirigeait pour des vacances vers les côtes bulgares, avec sa fille de 10 ans, son compagnon et son fils, ainsi qu’un proche. Elle devait retrouver sa sœur venue de Turquie pour l’occasion.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct