Venezuela: même limogée, la dissidente Luisa Ortega continue de résister à Maduro

Luisa Ortega, sous une forêt de micros, après l’annonce de son limogeage
: «
C’est un coup d’Etat contre la Constitution. Je ne reconnais pas une telle décision».
Luisa Ortega, sous une forêt de micros, après l’annonce de son limogeage : « C’est un coup d’Etat contre la Constitution. Je ne reconnais pas une telle décision». - AFP.

C’est une fidèle de l’ancien président Hugo Chavez, qui l’avait fait nommer en 2007 procureure générale de la République bolivarienne du Venezuela, poste qu’elle devait, après avoir été reconduite, occuper jusqu’en 2021. Et c’est précisément pour défendre l’héritage de l’ancien président, mort d’un cancer en 2013, que cette femme décidée de 59 ans est devenue une des plus farouches opposantes de son successeur, Nicolas Maduro. Il y a quelques semaines, brandissant le petit livre bleu de la Constitution mise en place en 1999 par Chavez, elle a promis de défendre ce texte majeur et la démocratie vénézuélienne « même si cela me coûte ma vie ». Le 5 août, elle n’a pas été tuée, mais bien limogée...

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct