La livre du jour: la réalité oblique de Renata Adler

Renata Adler met en scène des personnages excessifs. © D. R.
Renata Adler met en scène des personnages excessifs. © D. R.

Mieux vaut tard que jamais : les premières éditions américaines de ces livres datent respectivement de 1976 et 1983. Il est vrai qu’ils ont été tous deux relancés par des rééditions en 2013. Elles ont probablement suscité en partie la décision de les traduire. En revanche, on ignore encore si le reste de son œuvre, hors fiction, est à la hauteur de ce qu’on connaît maintenant en français.

Nuit noire déconcerte d’abord. Pendant des pages et des pages, les digressions l’emportent largement sur ce qui pourrait être le fil d’un improbable récit. Dans lequel Kate, journaliste, est sur le point de quitter Jake, son amant. Elle le quitte, elle ne le quitte pas, elle ne sait pas trop, en tout cas elle s’enfuit en répétant : «  Dans ma vie, tu es, tu as été ce qui s’est le plus approché d’une véritable histoire d’amour.  »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct