L’interminable attente de l’empereur Akihito

En dépit de sa volonté, ce n’est pas encore l’heure de la retraite pour Akihito. © Reuters.
En dépit de sa volonté, ce n’est pas encore l’heure de la retraite pour Akihito. © Reuters. - Reuters.

C’était le 8 août 2016. A la faveur d’une émouvante allocution radiotélévisée, l’empereur Akihito faisait comprendre qu’il souhaitait pouvoir abdiquer, invoquant son âge (83 ans) et son état de santé fragile. Depuis 1889, le droit nippon ne permet plus un tel cas de figure : il impose aux empereurs de demeurer sur le trône jusqu’à leur mort.

Un an plus tard, Akihito attend toujours. Et son état décline : en décembre, en janvier puis en mai, sa santé l’a contraint à annuler des obligations. Le désir du vieux souverain a beau être soutenu par une écrasante majorité de ses concitoyens, il n’est pas prévu que Naruhito, son fils aîné, lui succède avant la fin 2018 au plus tôt.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct