Guam, l’île paradisiaque devenue la cible de Kim Jong-un

L’économie de Guam dépend grandement de l’activité de l’armée américaine. © D.R.
L’économie de Guam dépend grandement de l’activité de l’armée américaine. © D.R.

Une eau turquoise, des palmiers et des plages de sable blanc immaculé. La minuscule île de Guam, située à l’ouest du Pacifique, n’est pourtant pas sous le feu des projecteurs grâce au dernier Guide du routard. Ses cinquante kilomètres de long sont devenus la cible des menaces du leader nord-coréen Kim Jong-un. Et pour cause, Guam est l’une des bases militaires de choix des États-Unis. Son emplacement, à la portée des missiles nord-coréens, et son importance pour les États-Unis en font une proie logique – et privilégiée – de Pyongyang.

Pas plus tard que lundi, deux bombardiers US ont décollé de Guam pour rejoindre des avions militaires sud-coréens et japonais pour une mission sur la péninsule coréenne. Le mois dernier, des bombardiers américains ont effectué une démonstration de force en Corée du Sud en volant près de la ligne de démarcation inter-coréenne. Une mise en garde qui rappelle que, de l’île américaine Guam à la capitale nord-coréenne, il n’y a pas plus de 3.400 kilomètres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct